Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 54, numéro 6 | 31 octobre 2018

Trente ans à l’avant-garde

Une soirée spéciale a mis en lumière le passé, le présent et l'avenir de l'École d'actuariat

Par Yvon Larose

Des discours qui rendent hommage aux bâtisseurs de l’École d’actuariat, à sa renommée internationale et à sa capacité d’innovation face aux défis de demain, la présence de nombreux membres du réseau d’actuaires formés à l’Université Laval, de partenaires financiers et de représentants de compagnies d’assurance, un cocktail dînatoire, la présence d’étudiants ambassadeurs ayant effectué un séjour d’études à l’étranger, même un numéro d’acrobatie par l’École de cirque de Québec: rien n’a été laissé au hasard pour faire de cette soirée 30e anniversaire un événement inoubliable.

La soirée s’est déroulée dans l’atrium du pavillon Alexandre-Vachon. Environ 175 diplômés et membres du personnel de l’École étaient présents. Yves Bourget, président-directeur général de La Fondation de l’Université Laval, a prononcé la première allocution. Celui-ci a d’abord rappelé que la fibre philanthropique des actuaires vibre lorsqu’il s’agit de contribuer à la formation de la relève. À titre d’exemple, il a mentionné le Club des 100. Créé en 2013, ce club rassemble des diplômés engagés à verser 100 000$ à l’École d’actuariat pour son développement. Ce développement a pris la forme d’activités de formation continue et d’un programme de bourses d’études hors Québec.

«Vous savez, la Fondation a lancé, en 2014, un programme de dons planifiés hors du commun: Les Cent-Associés, a poursuivi Yves Bourget. La Fondation souhaite réunir 100 donateurs qui s’engagent à verser chacun 1M$ et plus à l’Université Laval. À ce jour, je suis fier de vous annoncer que nous en comptons 30. Et, parmi eux, nous constatons une grande représentativité d’actuaires.»

Le doyen André Zaccarin, de la Faculté des sciences et de génie, a ensuite pris le micro. Il a d’abord expliqué que l’École d’actuariat forme une équipe performante qui se distingue sur la scène mondiale des sciences actuarielles. «Avec plus de 3 000 diplômés, ses 325 étudiants, sa trentaine de membres du personnel actuels et retraités et son réseau de partenaires d’affaires d’envergure, a-t-il précisé, l’École d’actuariat contribue de façon majeure au rayonnement de notre faculté et de notre institution.»

Le conférencier a rappelé que l’année 2018 marque aussi le 50e anniversaire de la création du premier baccalauréat en sciences de l’actuariat dans une université francophone au Canada. C’était en 1968 à l’Université Laval. Il a ensuite souligné le rôle majeur joué par quelques bâtisseurs visionnaires. «Quarante pour cent des membres de l’Institut canadien des actuaires de la grande région de Montréal et plus de 80% des membres de la grande région de Québec sont diplômés de l’École, a ajouté André Zaccarin. C’est très impressionnant!»

Dans les années 1970, l’École était la seule à offrir la spécialisation en assurance IARD (incendie, accidents et risques divers). Les possibilités de spécialisation sont maintenant plus nombreuses: assurance vie, régimes de retraite, évaluation quantitative des risques d’actifs. Il y a aussi des passages accélérés vers des programmes de maîtrise en actuariat et en finance. Deux initiatives récentes, soit deux chaires de leadership en enseignement, contribuent à faire évoluer l’offre de formation en gestion actuarielle des risques d’actifs et en analyse des données massives.

Depuis quelques années, les outils et méthodes à la disposition des actuaires connaissent une évolution rapide. «À cet égard, a indiqué André Zaccarin, nous sommes à intégrer à nos programmes des connaissances et compétences en analyse de données et intelligence artificielle. Notre offre de formation et de spécialisation se diversifie. Nos professeurs sont membres d’équipes de recherche multidisciplinaires et voient au développement de nos connaissances à l’interface des disciplines. Et la chaire d’actuariat demeure un levier important et extraordinaire pour appuyer notre développement, pour soutenir nos étudiantes et nos étudiants dans leur programme de formation aux trois cycles, et pour contribuer au rayonnement de l’École.»

La rectrice Sophie D’Amours a prononcé la dernière allocution. Elle a insisté sur le virage numérique pris par la Faculté des sciences et de génie, à laquelle est rattachée l’École d’actuariat. «La Faculté, a-t-elle expliqué, est devenue une référence dans le domaine du développement de systèmes intelligents. L’École d’actuariat a le privilège de graviter autour de cette manne d’experts et ses étudiants peuvent profiter de cette multidisciplinarité qu’offre l’Université Laval pour aller chercher des compétences connexes afin de mieux répondre aux nouveaux enjeux de la profession d’actuaire.»

L’École d’actuariat a acquis une réputation enviable dans le monde pour la qualité de ses programmes de formation. L’offre de formation comprend les trois cycles d’études en sciences actuarielles. Bon an mal an, environ 75 étudiants obtiennent leur diplôme de l’École d’actuariat. De plus en plus d’entre eux effectuent une ou deux sessions d’études à l’étranger.

actuariat-groupe-cr-jean-rodier

Photo : Jean Rodier

Quelques participants à la soirée 30e anniversaire de l'École d'actuariat: François Y. Doré, directeur de l'École, André Zaccarin, doyen de la Faculté des sciences et de génie, Sophie D'Amours, rectrice, des étudiants ambassadeurs de l'École et Yves Bourget, PDG de La Fondation de l'Université Laval.

actuariat-vue-ensemble-cr-jean-rodier

La soirée spéciale soulignant les 30 ans de l'École d'actuariat s'est déroulée dans l'atrium du pavillon Alexandre-Vachon.

Photo: Jean Rodier

Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles