Quelques dizaines de personnes ont assisté, le 4 mars dernier au pavillon La Laurentienne, à une présentation du Vice-rectorat aux études et aux affaires étudiantes sur les Chantiers d’avenir, un élément phare de la Planification stratégique de l’Université pour la période 2017-2022. Les Chantiers d’avenir offrent à des professeurs-entrepreneurs visionnaires de créer et de développer en accéléré des formations interdisciplinaires, en partenariat avec le milieu. Ces chantiers, ouverts et créatifs, visent à répondre de façon concertée à des défis de société complexes, en misant sur des formations novatrices et audacieuses.

«Les Chantiers d’avenir se définissent comme un grand laboratoire d’optimisation, a expliqué le vice-recteur adjoint aux études et aux affaires étudiantes, Claude Savard. Notre concept est ambitieux et nous voulons attirer des étudiants qui le sont aussi, qui ont un esprit entrepreneurial et qui veulent devenir des acteurs de changement. Les formations seront créées en accéléré, en un an. Les Chantiers d’avenir abordent des défis de société pour lesquels il est difficile de trouver des personnes formées pour les relever.»

La rencontre visait d’abord à annoncer le lancement d’un appel de projets. Il s’agit du second en un an. La première vague de projets avait abouti à 20 propositions de formation originales et avant-gardistes. Deux avaient été retenues. En voie d’élaboration, ces chantiers portent sur l’innovation numérique et sur l’intelligence urbaine. Ils offriront chacun un programme de maîtrise sur mesure à compter de septembre 2019.

L’appel de projets a pour publics cibles les professeurs, les doyens et les partenaires externes de l’Université. Un courriel vient d’être envoyé aux professeurs et doyens. La date limite pour le dépôt des propositions préliminaires sera le 18 avril. Trois projets seront alors choisis pour une phase d’idéation et de conception. Par ailleurs, le 20 mars aura lieu un atelier d’échanges avec des professeurs, des partenaires et des étudiants souhaitant participer à une réflexion interdisciplinaire sur des enjeux de société.

Les professeurs Jonathan Gaudreault, du Département d’informatique et de génie logiciel, et Sébastien Tremblay, de l’École de psychologie, ont expliqué le cheminement de leur chantier respectif.

Le professeur Gaudreault est coresponsable, avec le professeur Serge Lacasse, de la Faculté de musique, du chantier Relève 4.0: Laboratoire interdisciplinaire d’innovation numérique et entrepreneuriale. Le concept de ce chantier repose sur la vague numérique. Celle-ci se définit comme une révolution industrielle et sociale qui entraîne une réorganisation de fond en comble notamment de la mission, du modèle d’affaires et des processus d’une organisation, qu’elle soit publique ou privée. Le rôle du chantier sera de former des agents de changement capables de faire évoluer les organisations à travers cette mouvance numérique.

Les cohortes étudiantes partageront une formation de base commune. Leurs projets exigeront la collaboration d’étudiants aux compétences différentes et complémentaires. Avec un démarrage prévu pour septembre prochain, la première cohorte proposera un système de watermarking (tatouage numérique) permettant d’intégrer aux fichiers audionumériques un code d’identification universel des enregistrements. Les participants apprendront ainsi à créer une entreprise qui s’appuie sur l’innovation numérique pour répondre aux besoins de partenaires de l’industrie musicale et du droit d’auteur. La seconde cohorte d’étudiants, pour sa part, aura pour tâche de mettre sur pied une entreprise manufacturière entièrement connectée.

«Les derniers mois, a indiqué Jonathan Gaudreault, ont été consacrés à la création d’un comité de programme et, bien sûr, de la structure du programme. Certains cours existaient déjà, mais d’autres sont en développement. Avec la SOPROQ, le partenaire pour la première cohorte, nous avons identifié ce qui constituera les livrables du projet. [La SOPROQ est une société de gestion collective des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes.] Notre principal défi pour les semaines à venir est le recrutement étudiant. Nous travaillons également à attacher les ficelles du financement.»

Le chantier Intelligence urbaine que dirige le professeur Tremblay tire parti de la mission de l’Unité mixte de recherche en sciences urbaines, également placée sous sa responsabilité. L’intelligence urbaine peut se définir comme la capacité à comprendre les dynamiques urbaines en mobilisant des compétences, et un raisonnement spatial afin de résoudre des problèmes complexes.

«Nous avons ajouté un axe éducation 4.0 au programme de recherche qui en comptait déjà trois, soit le transport et la mobilité, la sécurité urbaine et la gouvernance, a expliqué Sébastien Tremblay. Le Chantier sera un lab vivant pour créer, tester de nouvelles activités et outils pédagogiques. Éventuellement il servira à valider des approches et à faire de la recherche sur l’acquisition des compétences du 21e siècle, un enjeu important en cette ère du numérique.»

Le chantier offrira une formation axée sur la pédagogie expérientielle et sur l’approche par compétences dites d’avenir, telles que la pensée complexe, la résolution de problèmes de manière créative, l’adaptabilité et la communication. Les projets se réaliseront dans un environnement interdisciplinaire et plurisectoriel mettant à contribution les centres de recherche universitaires, les entreprises et les villes.

«Nous avançons le développement d’une plateforme de gestion et de suivi de l’acquisition des compétences, a-t-il poursuivi. Les activités pédagogiques et les objectifs de formation se mettent en place et s’arriment à la structure universitaire et au règlement des études, tout en préservant l’innovation. Enfin, notre portfolio de projets de recherche et développement, en partenariat avec le milieu, commence à se remplir. Il offre plusieurs projets novateurs plurisectoriels susceptibles d’attirer des étudiants.»

Le 18 mars, la direction de l’Université enclenchera une période de recrutement étudiant pour les deux projets de chantiers sélectionnés en 2018.

https://www.ulaval.ca/notre-universite/plan-strategique/projets/chantiers-davenir.html