Au Vietnam, les étudiants qui ont terminé 12 années d’études, qui ont une connaissance de niveau intermédiaire du français et qui souhaitent améliorer leur maîtrise de cette langue afin d’entreprendre des études universitaires de premier cycle à l’Université Laval auront, à compter de l’automne 2019, la possibilité de suivre, à Hanoi, une formation de perfectionnement en français de cinq cours préparés et donnés par deux professeurs de l’Université Laval. C’est là le fait saillant de l’un des accords signés, fin janvier à Hanoi, par la rectrice Sophie D’Amours et le président de l’Université des langues et des études internationales (ULIS), Dô Tuân Minh. ULIS est une constituante de l’Université nationale du Vietnam, dont la configuration ressemble à plusieurs égards au réseau de l’Université du Québec ou de l’Université de Californie.

«Cet accord de partenariat sera d’une durée de trois ans; il est en vigueur et nous sommes en mode de recrutement pour la première cohorte», explique Richard Martel, adjoint au vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé de l’Université Laval et l’un des membres de la mission au Vietnam. Les autres participants étaient le vice-recteur adjoint aux affaires externes, internationales et à la santé, Yan Cimon, ainsi que la consultante Nguyen Kim Phuong. Selon Richard Martel, l’accord de partenariat a un côté unique. «Cela, dit-il, tient au fait que le système scolaire vietnamien exige 12 années de scolarité avant d’entrer à l’université, contre 13 années au Québec. L’accord permettra aux étudiants vietnamiens désireux d’étudier à l’Université Laval de faire le pont.» Ce dernier rappelle que le français s’enseigne depuis très longtemps au Vietnam. On compte un peu plus de 500 000 francophones dans ce pays.

La mission s’inscrivait dans le droit fil de la visite faite par le premier ministre de la République socialiste du Vietnam à la rectrice Sophie D’Amours sur le campus de l’Université Laval, en juin 2018, dans le contexte du Sommet du G7 qui se tenait à La Malbaie, près de Québec.

Dans le cadre d’un transfert d’expertise, l’Université Laval enverra à Hanoi deux experts en enseignement du français langue seconde. Ils travailleront avec l’Université des langues et des études internationales à concevoir le contenu et le matériel pédagogique des quatre cours qui seront donnés à Hanoi, l’autre étant offert à distance par un enseignement de l’Université Laval. Pour les enseignants, la formation comprendra six heures d’activités d’apprentissage par jour, ainsi que le suivi des étudiants et la correction des travaux et des examens. Deux professeurs de l’établissement vietnamien contribueront progressivement à l’enseignement. Ce programme, appelé «année passerelle de français», comprendra notamment les cours Compréhension orale du discours universitaire et Préparation de textes universitaires.

De septembre à décembre 2019, entre 15 et 22 étudiants vietnamiens pourront suivre cette formation. À la session d’hiver 2020, l’Université Laval accueillera les étudiants admis. Ceux-ci suivront deux autres cours de français et deux à trois cours compensateurs selon les exigences du programme de premier cycle choisi par l’étudiant.

Un second accord, plus large celui-là, avec l’Université des langues et des études internationales, a également été signé à Hanoi. Cet accord-cadre de coopération, d’une durée de cinq ans, prévoit que les deux établissements collaboreront, dans le cadre de différents programmes d’enseignement et de formation continue, en vue d’améliorer et de développer en complémentarité leur offre de formation pour leurs étudiants. Parmi les activités envisagées, mentionnons la création en commun d’activités, d’outils et de matériel pédagogiques, le recrutement bilatéral d’étudiants et la réalisation de projets de recherche et de développement communs.

«Ceci est d’autant plus intéressant qu’ULIS est un milieu très dynamique», soutient Richard Martel.

Des rencontres structurantes, avec trois autres établissements d’enseignement, étaient aussi à l’horaire. Des échanges ont eu lieu à Hanoi avec des représentants de l’Université de médecine et de pharmacie de Hai Phong, de l’Université des sciences sociales et humaines et de l’Université nationale d’économie.

«L’Université de médecine et de pharmacie de Hai Phong souhaite poursuivre sa collaboration avec l’Université Laval, indique-t-il. Les discussions ont porté sur l’élaboration de programmes de formation continue de deuxième cycle en sciences de la santé. L’Université des sciences sociales et humaines envisage le développement de formations de deuxième cycle. Quant à l’Université nationale d’économie, la collaboration émergente regorge de possibilités.»

Une ultime rencontre a eu lieu à Hanoi avec la nouvelle directrice du bureau de la région Asie-Pacifique de l’Agence universitaire de la Francophonie, Ouidad Tebbaa. «Nous lui avons annoncé l’ambition de l’Université Laval d’accentuer sa présence en Asie-Pacifique», souligne-t-il.

0085-vietnam-signature-ulis-vnu-aucun-credit
Signature, à Hanoi, de l’accord de partenariat pour la création d’un programme d’année passerelle de français au premier cycle. Les signataires sont le président de l’Université des langues et des études internationales, Dô Tuân Minh, et la rectrice Sophie D’Amours.

0091-vietnam-groupe-signature-ulis-vnu-aucun-credit
Lors de la signature de l’accord de partenariat pour la création d’un programme d’année passerelle de français au premier cycle. De gauche à droite: le doyen du Département de français de l’Université nationale du Vietnam, Dinh Hong Van, la vice-doyenne du même département, Nguyen Thanh Hoa, le directeur du Bureau international de l’Université des langues et des études internationales, Do Minh Hoang, le président de cette même université, Dô Tuân Minh, la rectrice Sophie D’Amours, le vice-recteur adjoint aux affaires externes, internationales et à la santé, Yan Cimon, l’adjoint au vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé, Richard Martel et la consultante Nguyen Kim Phuong.