Les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’Université s’élèvent à 26 466 tonnes de CO2 pour la période 2017-2018. Ce chiffre, qui comprend les émissions dites de catégories 1 et 2, représente une diminution de 27% par rapport à l’année 2006. Grâce à ses différentes méthodes de réduction et de compensation des émissions, l’Université a atteint, cette année encore, la carboneutralité du campus. Voici les grandes lignes du bilan officiel, dévoilé le lundi 13 mai.

«L’Université Laval est fière de présenter, pour la quatrième année consécutive, un bilan nul de ses émissions de gaz à effet de serre. Encore à ce jour, il s’agit de la seule université québécoise et la première au Canada à présenter, sans y être obligée par une loi, un bilan nul de ses émissions de gaz à effet de serre», a déclaré Rénald Bergeron, vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé.

En 12 ans, l’Université a réduit ses émissions de GES de 27%. Cette baisse découle d’une série de mesures sur le campus. Entre autres, de nombreux projets de récupération de la chaleur ont été réalisés par le Service des immeubles. Par exemple, des thermopompes ont été installées afin d’utiliser le retour d’eau réfrigérée pour effectuer le chauffage des bâtiments, ce qui a permis de réduire l’émission de GES de plus de 3 500 tonnes de CO2 annuellement.

Forte de son succès, l’Université met l’expertise de ses professeurs et spécialistes au service d’autres organisations, dont le Fairmont Le Château Frontenac.

Consultez le Bilan des émissions de GES 2017-2018