Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 52, numéro 17 | 2 février 2017

À la une

Vers une société plus juste

L'Institut Femmes, Sociétés, Égalité et Équité vise à rassembler les forces de l'Université Laval en études féministes pour créer un pôle d'excellence multidisciplinaire

Par Matthieu Dessureault

Malgré des avancées considérables au cours du dernier siècle, la situation des femmes est loin d’être parfaite. En général plus scolarisées que les hommes, elles sont sous-représentées dans les postes de haute direction. Elles ont souvent un revenu inférieur à celui de leurs collègues masculins, en plus d’être davantage exposées aux violences et à la précarité. Bref, il reste beaucoup de chemin à faire, au Québec comme ailleurs, pour atteindre l’égalité homme-femme.

C’est dans cet esprit que l’Université a procédé au lancement officiel de l’Institut Femmes, Sociétés, Égalité et Équité (IFSEE) le 31 janvier. «Notre mission est d’être une porte d’entrée sur l’expertise universitaire. Qu’il s’agisse d’organisations ou d’individus, quiconque se préoccupant de la condition des femmes pourra se tourner vers l’Institut. Il s’agit d’un canal par lequel on fera rayonner la recherche permettant de découvrir les réalités des femmes dans nos sociétés et, par conséquent, de mesurer les progrès accomplis et ceux qui restent à faire», explique la directrice de ce projet, Hélène Lee-Gosselin.

Engagée et résolument féministe, cette professeure du Département de management est titulaire de la Chaire Claire-Bonenfant – Femmes, Savoirs et Sociétés, qui rassemble un important réseau de chercheuses. Avec son équipe, elle a mis sur pied l’IFSEE pour mettre en commun toute l’expertise et les ressources que l’on trouve à l’Université Laval. Outre la Chaire Claire-Bonenfant, cela comprend, entre autres, l’Université féministe d’été, la Chaire de leadership en enseignement – Femmes et organisations, le Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes, la revue Recherches féministes ainsi que la Chaire CRSNG/Alcan pour les femmes en sciences et génie. «L’Institut vient renforcer toutes ces composantes en facilitant des synergies et en mettant en commun des tâches que chacun faisait de son côté», précise Hélène Lee-Gosselin.

Concrètement, l’IFSEE fera la promotion du rôle des femmes par des projets de recherche interdisciplinaires et par des partenariats avec des organisations qui partagent les mêmes champs d’intérêt. La situation des femmes sera explorée sous plusieurs angles, comme la santé, l’économie, la gouvernance, les arts, la culture, l’environnement et le développement du Nord. Du côté de l’enseignement, l’organisation proposera, dans les prochains mois, une offre de formation interdisciplinaire de premier cycle. Des formations aux cycles supérieurs et un cours en ligne gratuit et ouvert à tous sont également prévus.

Pour Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, l’arrivée de l’IFSEE s’intègre parfaitement dans la vision de l’Université. «Notre communauté a développé une solide expertise sur des questions comme l’égalité des sexes et la condition des femmes. Avec ce projet, on réunit une quantité impressionnante de forces vives dans une perspective transdisciplinaire, qui reflète d’ailleurs notre approche du développement durable. L’Institut contribuera à positionner l’Université Laval parmi les leaders mondiaux dans le secteur des études féministes. C’est un travail de longue haleine, qui a été porté par nos chercheuses et chercheurs, de même que par toutes les femmes qui se sont impliquées, dans les dernières décennies, pour promouvoir l’équité et l’égalité des sexes.»

Son enthousiasme est partagé par le recteur Denis Brière. «Ce pôle d’excellence sera un legs de l’Université Laval pour l’humanité et le véhicule pour promouvoir l’égalité des sexes au sein de la communauté universitaire ainsi qu’auprès de nos partenaires et de nos collaborateurs.»

feminisme
Écrivez-nous
Partagez